La quête du bonheur au travail

la-quete-du-bonheur-au-travail

Depuis maintenant plusieurs années, le bonheur des salariés au travail est devenu primordial pour les organisations et les entreprises. Le stress et le surmenage sont de véritables souffrances qui résultent d’un mal-être au travail. De nombreuses études prouvent que lorsqu’un collaborateur est épanoui au travail, sa productivité augmente.

Retrouvez ci-dessous un article de CAPEOS CONSEILS à lire en 5 minutes sur les enjeux du bonheur au travail des collaborateurs pour une entreprise.

Un employé heureux en vaut deux

Un collaborateur heureux est plus rentable puisqu’il s’implique davantage dans sa structure. Pour cela, il est nécessaire qu’un salarié se sente apprécié dans son entreprise et qu’il se sente investi à la réussite de l’entreprise. Cependant, pouvons-nous vraiment définir le bonheur d’un salarié ? Concerne-t-il un bon environnement de travail ? Des formations régulières ? Ou bien du matériel moderne ? De plus, est-il possible de mesurer le bonheur des salariés ? Moralité, si l’on s’interroge, le bonheur et l’épanouissement d’un collaborateur est propre à chacun. Pour convenir à tous, le chef d’entreprise se doit d’être à l’écoute de ses employés pour comprendre qu’elles sont leurs sources de bonheur.

Les freins au bonheur dans son entreprise

Le bien-être au travail ne repose pas uniquement sur l’installation d’un baby-foot et des bureaux lumineux. Cela y contribue mais la vraie recette d’un espace de travail positif, c’est l’addition de plusieurs démarches individuelles et collectives. En d’autres termes, une succession d’actions qui peuvent faire la différence dans votre entreprise. Pour mieux les cerner, voici une liste non-exhaustive de problématiques sur lesquelles il est nécessaire d’agir :

  • Le manque de reconnaissance : de nombreux salariés ne se sentent pas reconnus à leur juste valeur. Pour assurer une motivation continue, n’oubliez pas de féliciter vos collaborateurs. Saluer un travail bien fait permet de reconnaître un salarié sur une action précise. Nous relevons plus facilement un travail mal fait, ce qui est légitime puisqu’il faut avertir un collaborateur lorsque son travail ne correspond pas à ce qui était attendu. Cependant, il est également judicieux de faire de même pour un bon travail. Un simple « bravo » ou « merci » peut redonner de la motivation à un collaborateur. Alors adoptez le bon réflexe, dites merci !
  • Des relations conflictuelles : la relation avec ses équipes et ses collègues, impacte forcément sur le bien-être au travail. Le tout est d’instaurer une bonne communication entre tous les collaborateurs. Ce n’est pas toujours facile puisque cela demande des réajustements quotidiens.
    Il faut garder en tête que l’on ne peut pas satisfaire et comprendre tout le monde et que des conflits peuvent subsister même si on fait tout pour les atténuer. Le tout est de garder une relation de respect et d’apporter des solutions en ayant conscience des intérêts de tous.
  • Ne pas comprendre son rôle : pour être épanouis et actifs, il faut comprendre l’utilité de son travail. Savoir où nos missions mènent l’entreprise et quelles sont leurs intérêts.
    Faire des points réguliers avec ses collaborateurs pour reprendre les objectifs fixés au sein de l’entreprise. L’objectif est de valoriser leurs missions pour booster leur motivation et donner du sens au travail effectué.

Un esprit sain dans un corps sain

Un élément impactant fortement le bien-être des collaborateurs au travail ? Le sport. Lorsqu’un salarié a la possibilité au sein de son entreprise de pratiquer un sport, sa productivité au travail ne sera que meilleure. En effet, en pratiquant une activité sportive, vous ne pensez plus à vos préoccupations quotidiennes. Ainsi, le sport permet de décompresser et de favoriser le bien-être. Chez CAPEOS CONSEILS, nous proposons à nos collaborateurs intéressés, des cours avec un coach sportif.
sport-bien-etre-au-travailFaire venir un coach sportif ou bien un professeur de yoga sont des moyens pour favoriser le bonheur des salariés au travail et créer une cohésion d’équipe. Si vos locaux ne permettent pas d’accueillir des cours sportifs, il existe des solutions alternatives comme par exemple proposer à ses équipes des courses de solidarité, des marathons ou bien une marche entre collègues pour renforcer la complicité des équipes.
Permettre aux collaborateurs de pratiquer un sport au sein des locaux, peut contribuer à améliorer l’image de votre entreprise. Un avantage par rapport à vos concurrents, qui peut vraisemblablement attirer de nouveaux collaborateurs dans votre structure, et notamment, des jeunes collaborateurs.

Un manager positif

Globalement, nos différentes recommandations contribuent à la bonne ambiance de travail et ainsi, participe au bien-être de vos salariés. Néanmoins, pour que ces différents conseils soient bénéfiques, le management doit être positif et à l’écoute des collaborateurs. Un management bienveillant basé sur la confiance apporte du positif et une satisfaction à vos équipes. Vous pouvez par exemple, organiser des sessions de partage, faire régulièrement des points avec vos collaborateurs (en les remerciant pour le travail fourni) ou bien mettre en place une pause durant laquelle toutes les équipes se retrouvent et discutent autour d’un café. D’un point de vue structurel, il est également envisageable de mettre à disposition des espaces de détente et de coworking… tous les moyens sont bons pour créer une ambiance de travail épanouissante et enrichissante.
Après la lecture de cet article, vous pouvez appliquer dès à présent, dans la mesure du possible, nos différentes recommandations. Votre objectif est de faire venir chaque matin, vos collaborateurs avec le sourire !

L’entretien professionnel : un outil pour la gestion des ressources humaines de l’entreprise

lentretien-professionnel-un-outil-pour-la-gestion-des-ressources-humaines-de-lentreprise

Qu’est-ce qu’un entretien professionnel ? Quelle est la finalité d’un entretien professionnel ? Quelles sont les exigences légales ? Comment le mettre en place concrètement dans l’entreprise ? Quelles sont les sanctions encourues en cas de non-respect ? Le cabinet d’expertise comptable vous informe sur le cadre légale et le dispositif de mise en place de l’entretien professionnel.

Qu’est-ce qu’un entretien professionnel ?

L’entretien professionnel permet de mettre en place un échange entre l’entreprise et les salariés afin de connaître leurs ambitions professionnelles, de définir d’éventuelles perspectives d’évolution (qualification, changement de poste, promotion…) et enfin de planifier les formations nécessaires pour acquérir les nouvelles compétences requises. Le but est d’évaluer l’employabilité du salarié et de réfléchir ensemble sur son avenir professionnel. Il est à différencier de l’entretien d’évaluation individuel car il ne porte pas sur l’évaluation du travail du salarié (on ne parle pas d’objectifs à atteindre, des résultats).

Le cadre légal de l’entretien professionnel

L’employeur a l’obligation légale d’assurer l’adaptation du salarié à son poste de travail, il doit former ses collaborateurs afin de maintenir leur capacité à occuper un emploi (article L6321-1 du Code du Travail).
La loi du 5 mars 2014 (Loi N°2014-288, du Code du travail – article L.6315-1) portant sur la réforme de la formation professionnelle a défini et rendu ensuite l’entretien professionnel obligatoire. En effet, celui-ci doit être organisé tous les 2 ans et être formalisé par écrit.

Ce dispositif concerne tous les salariés :

  • En CDI, CDD, Contrat de travail temporaire, Contrat aidé
  • Travaillant à temps partiel ou à temps complet
  • Dans toutes les entreprises et tous les secteurs d’activité

A partir du 1er janvier 2019, cet entretien peut avoir lieu à l’initiative du salarié à une date antérieur à la reprise de poste (cette possibilité n’était auparavant possible qu’avant la fin d’un congé parental d’éducation).
L’entretien professionnel doit être systématiquement proposé à tous salarié qui reprend son activité après une période d’interruption due à : un congé maternité, parental, d’adoption, sabbatique, un congé de proche aidant, une période de mobilité volontaire sécurisée ou un arrêt maladie de plus de 6 mois.

De plus, tous les 6 ans, l’employeur doit dresser un état des lieux récapitulatif du parcours professionnel du salarié afin de vérifier que celui-ci a bien bénéficié des entretiens professionnels prévus au cours des 6 dernières années. Il permet également de s’assurer que le salarié a bien réalisé, sur cette période, deux des trois mesures suivantes :

  • Suivi d’au moins une action de formation,
  • Acquis un des éléments de certification professionnel (diplôme, titre professionnel…) par la formation ou par une Validation des Acquis de l’Expérience (VAE),
  • Et/ou bénéficié d’une progression salariale ou professionnelle.

Lors de l’embauche d’un collaborateur, le salarié doit être informé du fait qu’il bénéficiera d’un entretien consacré à ses perspectives d’évolution professionnelle tous les deux ans.

Comment mener un entretien professionnel ?

Avant l’entretien professionnel

1.Déterminer qui va mener l’entretien professionnel

Dans les entreprises de petite taille ou de taille moyenne, le chef d’entreprise est souvent en charge de mener l’entretien professionnel. En revanche, dans les entreprises de taille plus importante, le responsable hiérarchique du salarié mène souvent l’entretien (en lien avec le responsable des ressources humaines).

2. Rassembler des informations sur le salarié

L’entretien professionnel permet de suivre le parcours professionnel des collaborateurs. Pour que son efficacité soit optimale, il est essentiel de récapituler toutes les informations nécessaires sur le salarié avant le rendez-vous :

  • La photographie de la situation du salarié : sa date d’entrée en fonction, son poste et ses missions principales
  • Les postes occupés précédemment dans l’entreprise
  • Les actions de formations suivies
  • Les certifications obtenues

S’il ne s’agit pas d’un premier entretien, des informations sur les évolutions depuis le dernier entretien peuvent être recueillies.

3. Demander au salarié de préparer son entretien

Après avoir envoyé une invitation au salarié, il est important de lui préciser de préparer son rendez-vous quelques jours avant le jour J. Une trame papier ou électronique peut être mise à disposition du collaborateur.

4. Réunir les conditions idéales pour le bon déroulement de l’entretien

Le lieu de l’entretien a son importance. En effet, celui-ci doit avoir lieu dans un endroit calme et pas trop « formel », cette rencontre doit être la plus conviviale possible. De plus, l’entretien doit avoir lieu pendant le temps de travail du salarié.
Il est important de prévoir un temps suffisamment long pour chaque entretien afin de ne pas écourter le rendez-vous et d’être dans des conditions d’écoute optimales. Il semble aussi important pour le manager d’éteindre son téléphone afin d’être complètement disponible.
Durant l’entretien, certains points doivent être absolument abordés :

  • L’évolution professionnelle du salarié, notamment en termes de qualification et d’emploi
  • Les questions relatives au suivi des actions de formation, de certification et de progression salariale ou professionnelle du salarié
  • L’évaluation de son employabilité
  • La réflexion sur l’avenir du salarié, le poste occupé et son projet professionnel

Pendant l’entretien professionnel

Durant l’entretien, il faut veiller à établir un climat favorable au dialogue et à l’échange. Le salarié doit se sentir à l’aise, et non en position d’infériorité. Il s’agit de rappeler le déroulement et l’objectif de la rencontre, et éventuellement le retour sur les conclusions de la précédente entrevue.
Il est important d’être à l’écoute du salarié, de le laisser s’exprimer et de lui poser des questions. Le salarié doit être la personne qui parle le plus durant l’entretien.
Enfin, il est important de reformuler les points clés de l’entretien et de laisser le salarié exprimer ses remarques.

Après l’entretien professionnel

Un compte rendu d’entretien attestant la réalisation de l’entretien professionnel doit être rédigé et signé par les deux parties et un exemplaire doit être transmis au salarié. Il permet de garder une trace écrite pour les entretiens futurs.
De plus, les conclusions de l’entretien doivent être transmises aux autres acteurs concernés tels que l’employeur, le chargé des ressources humaines et le responsable hiérarchique, en fonction de la personne qui a conduit l’entretien professionnel.
Pour terminer, les résultats de l’entretien doivent être traités. Les réponses du salarié, les souhaits et demandes exprimés doivent être étudiés. Un plan d’actions de formation peut donc être défini ainsi qu’un planning pour les réaliser.
Enfin, il s’agit d’informer le salarié de toute décision prise à la suite de son entretien professionnel et des possibilités de formation.

Quelles sont les sanctions encourues ?

Dans les entreprises de plus de 50 salariés, si le salarié n’a pas bénéficié, au terme des 6 dernières années, d’un entretien professionnel tous les deux ans et d’au moins deux des trois actions suivantes :

  • Une formation
  • Des éléments de certification par formation ou par VAE
  • Une progression salariale ou professionnelle

L’employeur devra abonder le compte personnel de formation (CPF) du salarié. Son CPF sera alors crédité d’un montant de 3 000€.

Pour aller plus loin, les entreprises peuvent demander conseil à leur OPCO (opérateur de compétences).
Textes de références :
Loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale
Article L6315-1 du code du Travail
Décret N°2018-1171 du 18 décembre 2018 relatif aux modalités d’abondement du compte personnel de formation

Inauguration de la nouvelle agence de Bain de Bretagne

Inauguration-cabinet-expertise-comptable-bain-de-bretagne

A l’occasion de l’ouverture de la nouvelle agence CAPEOS CONSEILS à Bain de Bretagne, 12ème agence de proximité, le cabinet d’expertise comptable a inauguré ses nouveaux locaux avec ses clients, ses collaborateurs, ses partenaires et ses voisins. Idéalement située, au cœur de Bain de Bretagne, au 11 rue Saint Nicolas, cette nouvelle agence a ouvert ses portes en début d’année 2019. Merci à tous pour ce moment de partage et de convivialité. Cette nouvelle implantation marque le début d’une nouvelle aventure que nous espérons pleine de nouveautés, de projets, de relations et de réussite. Toute l’équipe de CAPEOS CONSEILS Bain de Bretagne se tient à votre écoute et à votre service pour vous accompagner dans la création, le développement ou la cession de votre activité.

Le Compte Personnel d’Activité (CPA) et le Compte Personnel de Formation

le-compte-personnel-dactivite-et-le-compte-personnel-de-formation

Vous interrogez sur le Compte Personnel d’Activité (CPA) et le Compte Personnel de Formation (CPF). Qu’est-ce que le CPA ? A quoi sert le CPF ? Comment accéder à ces services ? Comment le salarié peut-il utiliser son compte ? Quelle est sa finalité ? Le cabinet CAPEOS CONSEILS vous en dit plus sur ces comptes centralisant un certain nombre d’information.

Le Compte Personnel d’Activité (CPA) : Qu’est-ce que c’est ?

Le compte personnel d’activité permet à chaque salarié de réunir et d’accéder à tous ses droits acquis au long de sa carrière tant en matière de formation, de chômage ou de pénibilité. Il s’ouvre dès lors que le salarié entre sur le marché du travail et le suit durant toute sa vie professionnelle.

Ce compte sert à centraliser un certain nombre d’information afin que le salarié puisse connaitre et mobiliser directement ses droits en y accédant par le biais d’un portail en ligne. Il regroupe ainsi les informations concernant :

  • Le compte personnel de formation (CPF), qui permet de suivre les heures de formation que le salarié accumule chaque année,
  • Le compte professionnel de prévention (C2P), qui permet aux salariés exposés par la pénibilité d’accumuler des droits,
  • Le compte d’engagement citoyen (CEC), qui permet d’acquérir des droits en matière de formation en cas d’engagement citoyen ou volontaire (associations, réserve, service civique…).

CPA : comment accéder à ce service ?

Toute personne active âgée d’au moins 16 ans (ou 15 ans pour les apprentis) peut ouvrir un CPA, dès lors qu’il se trouve dans un cas suivant :

  • Les salariés qui occupent un emploi, y compris ceux titulaires d’un contrat de travail de droit français, qui exercent une activité à l’étranger ou qui ont signé un contrat d’apprentissage à l’âge de 15 ans,
  • Les salariés qui recherchent un emploi ou qui sont accompagnés dans un projet d’orientation et d’insertion professionnelle,
  • Les salariés qui sont accueillis dans un Établissement et Service d’Aide par le Travail.

Si le salarié n’est concerné par aucune de ces 3 situations (par exemple, si celui-ci est à la retraite), le CPA donne accès uniquement au CEC (Compte Engagement Citoyen).

Qu’est-ce que le compte personnel de formation (CPF) ?

Depuis le 1er janvier 2019, le compte personnel de formation est crédité en euros et non plus en heures. Concernant les heures acquises au 31 décembre 2018, celles-ci ont été converties automatiquement en euros au début de l’année 2019. Cependant, entre janvier et octobre 2019, une phase transitoire est mise en place, les droits CPF sont affichés à la fois en heures et en euros, ce qui permet à chacun de s’approprier le changement.
Les salariés se verront acquérir chaque année un CPF de 500€ dans une limite plafonnée à 5 000€ cumulés. Pour les moins qualifiés, ce montant sera de 800€ avec un plafond à 8 000€.

CPF : comment le salarié peut-il utiliser son compte ?

Pour avoir accès à ses droits, toute personne doit ouvrir son compte en ligne directement sur www.moncompteactivite.gouv.fr.
L’inscription nécessite de remplir un formulaire en ligne dans lequel le salarié doit notamment fournir son numéro de sécurité sociale.
Le CPA permet ensuite de consulter et d’utiliser ses droits inscrits. Ce site permet également aux salariés :

  • D’accéder aux informations qui le concerne (par exemple : le crédit en euros enregistré sur son compte),
  • D’obtenir des informations sur les formations auxquelles il peut recourir dans le cadre du compte personnel de formation (les formations éligibles au compte personnel de formation),
  • D’avoir un premier niveau d’information sur les financements de formation,
  • D’avoir accès à des services numériques en lien avec l’orientation professionnelle et la capitalisation des compétences.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : https://www.moncompteactivite.gouv.fr/cpa-public/

Texte de référence :
Article L. 5151-1 du Code du Travail
Article « compte personnel de formation » sur travail-emploi.gouv.fr

Comment organiser son temps au travail ?

organiser-son-temps-au-travail

Le manque de temps au travail peut être un grand facteur de stress. Sachez qu’il existe quelques techniques simples pour gagner en efficacité et optimiser son temps. CAPEOS CONSEILS, cabinet d’expertise comptable, vous livre quelques conseils pour une meilleure gestion de son temps de travail.

Organisation de l’espace de travail et outils pratiques

Organiser son espace de travail

Les dossiers en cours s’empilent sur votre bureau ? Vous perdez du temps chaque jour à retrouver un dossier caché sous une pile ? Pour travailler efficacement, il est primordial d’organiser son espace de travail. Définir des zones de bureau assignées à des domaines particuliers peut-être une solution. Par exemple à droite, les dossiers « clients », à gauche, les « factures »… Pour vous aider dans votre classement, vous pouvez opter pour des classeurs, des casiers ou des pochettes de couleurs. N’hésitez pas à prendre quelques minutes chaque jour pour mettre de l’ordre dans vos dossiers avec par exemple un classement par ordre de priorité.
Ce qui est valable pour votre bureau physique l’est aussi pour votre bureau virtuel. La recherche de vos fichiers sur votre ordinateur vous fait également perdre du temps. Minimisez les clics pour accéder aux fichiers dont vous avez le plus besoin. Pour vous rendre la tâche moins difficile, vous pouvez accorder quelques minutes chaque jour au tri de vos dossiers numériques.

Utiliser des outils de gestion pratiques

Des outils existent pour gagner du temps, ne pas oublier des tâches, organiser les tâches de ses collaborateurs, programmer des réunions… La liste suivante d’outils de gestion de projets est non exhaustive, mais elle peut vous aider à définir les tâches de chaque intervenant au projet afin d’optimiser le travail d’équipe et la conduite des opérations.

  • Trello : est un outil d’organisation de projet et permet de répartir les tâches de chaque intervenant au projet
  • Slack : est une plateforme de communication collaborative et propose un outil de gestion de projet
  • Google Drive : permet de partager des documents et de travailler simultanément sur ces mêmes documents.

Ces outils facilitent le travail d’équipe, simplifient la planification des tâches et renforcent la cohésion d’équipe et la visibilité sur le projet.

Comment éviter d’oublier des tâches importantes ?

Il est facile d’oublier d’envoyer un mail… Alors prenez le réflexe de noter vos actions de la journée. Astuces pratique, faites une liste de toutes les tâches que vous devez réaliser et désignez un code couleurs pour les missions à faire en priorité. Vous n’avez pas eu le temps de finaliser une action ? Pas de stress, vous l’écrivez sur votre To Do List de demain.

Comment booster et optimiser votre temps au travail ?

Repartir et déléguer des tâches de travail

Si vous en avez la possibilité, il ne faut pas hésiter à déléguer certaines missions auprès de vos équipes, lorsque vous avez une charge de travail trop importante. Priorisez certains dossiers afin de vous concentrer sur des projets plus importants et à caractère urgent. N’oubliez pas que « déléguer ce n’est pas abandonner ».

Savoir faire une pause au travail pour mieux reprendre

Quelques pauses durant votre journée de travail permettent de se ressourcer. Ne considérez pas ces temps « off » comme du temps perdu mais comme un moyen de recharger vos batteries. Vous serez surpris de voir à quel point cela peut relancer votre créativité et votre efficacité.
Sachez faire prendre du recul sur un sujet lorsque vous y avez consacré beaucoup de temps. Autrement dit, le fait d’alterner vos missions peut vous permettre de gagner en efficacité et d’identifier des points d’ajustement et de perfectionnement. Consacrez trop de temps sur un seul et même projet peut vous éloigner de l’essentiel par manque de recul.

Faites régulièrement un point sur votre gestion du temps, votre implication au travail et sur votre taux de concentration. Ainsi, vous identifierez les missions que vous pouvez plus facilement déléguer et les évolutions que vous avez effectuées. Parfois, prendre du recul permet de mieux rebondir.

Vous disposez dès à présent de quelques clés pratiques pour optimiser votre journée d’entrepreneur.

Si vous souhaitez en savoir plus, CAPEOS FORMATION propose une formation sur l’organisation administrative des créateurs. Au programme : obligations légales, organisation administrative et fiscale ainsi que le suivi de trésorerie.

Une belle soirée Mythos partagée avec nos clients et partenaires

Une-belle-soiree-Mythos-partagee-avec-nos-clients-et-partenaires

A l’occasion des 40 ans du cabinet et en qualité de Grand Sponsor du Festival Mythos, CAPEOS CONSEILS a souhaité marquer l’événement avec ses clients, ses partenaires et ses collaborateurs lors d’une soirée VIP qui a eu lieu le 4 avril 2019. Au programme, un cocktail dînatoire partagée tous ensemble afin d’échanger dans un cadre moins formel et concerts d’Inuit et Jeanne Added. Un grand merci pour ce moment festif et convivial passé ensemble lors de cette soirée exclusive et mythique pour le cabinet d’experts comptables. Retrouvez l’interview de Marc Plançon, Président Directeur Général de CAPEOS CONSEILS, dédiée à l’engagement du cabinet auprès du Festival Mythos.

Comment préparer votre premier rendez-vous avec un expert-comptable ?

questions-a-poser-avant-rdv-avec-un-expert-comptable

Vous êtes créateur d’entreprise et vous avez pris rendez-vous avec un expert-comptable, mais vous ignorez comment cet entretien va se dérouler ? Vous craignez d’omettre des questions et vous souhaitez profiter de ce rendez-vous pour éclaircir de nombreux sujets ? Rassurez-vous, CAPEOS CONSEILS, cabinet d’expertise comptable, vous délivre aujourd’hui quelques astuces pour ne rien oublier lors de cette entrevue avec votre expert-comptable. Avant toute chose, il est essentiel de penser à noter vos questions afin d’être certain(e) d’évoquer toutes vos interrogations et vos préoccupations le jour J. Pour cela, faites le point sur les éléments que vous souhaitez absolument aborder et listez les points clés. Pour vous aider à établir une liste relativement exhaustive, voici quelques pistes de réflexion.

Différents thèmes peuvent être abordés en fonction de vos besoins.

Questions sur le choix de la forme juridique

Le choix de la forme juridique est crucial pour prendre un bon départ dans son activité. En fonction de votre projet, de votre activité, du nombre d’associés…  une forme juridique sera plus ou moins adaptée à votre situation. Ce choix n’est pas sans conséquence car il impacte le cadre fiscal, juridique et social de la future entreprise.

  • Quel statut juridique choisir ? EURL, SARL, SAS, SA, SASU, entreprise individuelle ?
  • Quels sont les avantages et inconvénients de chacun des statuts juridiques ?
  • Puis-je changer de statut juridique dans quelques années ?
  • Comment protéger mon patrimoine ?
  • Qu’est-ce qu’une protection sociale ?
  • Comment optimiser ma retraite en tant que chef d’entreprise ?
  • Est-il nécessaire de prendre des assurances complémentaires ?

Cotisations et impôts : en savoir plus

Il est parfois complexe de comprendre les spécificités qui relèvent des cotisations et des impôts. C’est pourquoi, vous pouvez profiter de cet entretien avec votre expert-comptable pour en savoir plus et vous éclaircir quelques zones d’ombre.

  • Savez-vous quel sera mon niveau de cotisations sociales ?
  • À quel régime de TVA vais-je appartenir ?
  • Quel régime de TVA choisir ? (Franchise, réel simplifié, réel normal)
  • À quelle période vont se faire mes paiements de TVA ?
  • Quels sont les critères d’un crédit de TVA ?

En savoir plus sur la recherche de financement

Avant de se lancer dans la création d’entreprise, il est parfois nécessaire d’effectuer une recherche de financement et de s’assurer de la viabilité de son projet.

  • Mon projet est-il viable et comment le financer ?
  • Quelles sont les sources de financement ?
  • Comment faire pour faciliter ma recherche de financement ?
  • Puis-je bénéficier d’aides publiques pour le financement de mon projet ?
  • Qui dois-je solliciter pour faciliter la recherche de financement ?
  • Qui établit le prévisionnel financier ?

Tout savoir sur les tarifs et les prestations de votre expert-comptable

Lors de ce rendez-vous, c’est aussi l’occasion d’échanger sur les prestations proposées par votre expert-comptable et d’appréhender au mieux cet environnement afin de simplifier vos futurs échanges.

  • Quel est le rôle d’un expert-comptable dans le suivi de mon activité ?
  • Quels sont les tarifs de vos prestations annuelles et ponctuelles ?
  • Quelles sont les modalités de paiement (trimestrielle, mensuelles…) ?
  • Qu’est-ce qui vous différencie de vos concurrents ?
  • Comment fonctionne le suivi administratifs et/ou juridiques ?
  • Comment puis-je faire si je souhaite résilier notre contrat ?

Lors de l’entretien, si votre expert-comptable mentionne des termes que vous ne saisissez pas, n’hésitez pas à lui demander de reformuler.

  • Qu’est-ce que la tenue comptable et la révision comptable ?
  • Qu’est-ce que le bilan comptable ?
  • Qu’est-ce qu’une comptabilité de trésorerie ou d’engagement ?
  • À quoi sert la certification des comptes annuels ?
  • Est-ce obligatoire de publier ses comptes ?
  • À quoi sert un fond de roulement ?
  • Quelle est la différence entre un amortissement dégressif et un amortissement linéaire ?

C’est parti, votre liste de questions est prête pour votre prochain rendez-vous comptable.